LE TOURISME MÉDICAL

Photo de  JAFAR AHMED  sur  Unsplash

Photo de JAFAR AHMED sur Unsplash

Le tourisme médical (parfois appelé tourisme de santé ou encore tourisme hospitalier) est défini par le Gouvernement du Canada par « le fait de voyager dans d’autres pays pour recevoir des soins médicaux ». Selon une étude récente, plus de 200 000 Canadiens se sont rendus à l’étranger pour obtenir des services médicaux en 2017, dépensant ainsi près de 700 millions de dollars en soins médicaux, il va donc sans dire qu’il s’agit d’une pratique touristique non-négligeable. Toutefois, elle n’est pas sans risque et sans controverse. Jetons un petit coup d’œil à cette forme de tourisme en plein essor.

 

Il existe de nombreuses raisons incitant les gens à recevoir des soins médicaux dans un pays autre que leur pays de résidence; certaines personnes cherchent à éviter des listes d’attentes parfois interminables, d’autres désirent accéder à des traitements à moindre coût ou recourir à des pratiques qui ne sont pas employées à la maison. Parmi les interventions les plus courantes, on retrouve l’assistance à la procréation, la chirurgie esthétique, la dentisterie et la transplantation d’organe ou de tissus. Les destinations les plus populaires auprès des patients sont entre autres le Brésil, le Costa Rica, Cuba, l’Inde, le Mexique, la République tchèque, la Thaïlande et la Turquie. Véritable industrie grandissante, des agences de voyages offrent des services tout-compris alliant vacances et intervention chirurgicale, offrant même des services de transport, d’hébergement et de traduction.

 

Photo de  AKE  sur  Rawpixel

Photo de AKE sur Rawpixel

Attention; tout n’est pas rose pour autant! Le tourisme médical est une pratique plutôt controversée, particulièrement auprès de la communauté médicale canadienne. En effet, les associations médicales ont tendance à jeter un regard sombre sur cette forme de tourisme en raison des conséquences qu’elle peut engendrer, tant sur l’économie canadienne que sur la santé des patients. L’argument étant que les interventions chirurgicales et installations hospitalières n’étant pas forcément réglementées avec autant de rigueur qu’au Canada, certains patients s’exposent à des risques de contaminations durant le séjour, de même qu’à des pratiques douteuses, voire à un travail bas de gamme mal effectué. Comme il y a peu de suivi postopératoire possible avec un fournisseur de soins de santé à l’étranger, de même que peu de recours légaux possibles, certains médecins canadiens doivent ramasser les pots cassés et reprendre le travail bâclé des chirurgiens étrangers.

 

Quelques points à considérer avant d’entreprendre des démarches pour recevoir des traitements médicaux à l’étranger;

 

  • Informe-toi auprès de tes pourvoyeurs d’assurances médicales en voyage et à la maison, car il se peut fortement qu’il y ait des limitations concernant ta couverture durant ton séjour et à ton retour.

  • Renseigne-toi sur les risques que tu encours sur place (possibilité d’arnaque, contraction d’une bactérie ou d’un virus, problèmes de communication, participation au commerce illicite d’organes) et au retour (infection persistante, complications dues au vol, suivi postopératoire, aucun recours juridique, difficulté de traiter des maladies contractées à l’étranger, etc.) afin de bien peser le pour et le contre.

  • Demande à ton fournisseur de soins de santé à l’étranger de voir les formulaires de décharge que tu devras signer afin de bien évaluer la situation. N’hésite pas non plus à demander à voir des copies des diplômes d’études obtenus par les chirurgiens sur place, leur nombre de procédures similaires effectuées en carrière et quelles accréditations internationales le centre de santé possède.

  • Parle de tes plans à ton docteur ici au Canada pour connaître son opinion. Il pourra également te fournir de l’information additionnelle sur les complications potentielles, les possibilités de suivi après l’intervention, la terminologie médicale que tu vas probablement entendre et les alternatives qui s’offrent à toi. Il devra peut-être également consentir à partager de l’information concernant ton dossier médical avec le fournisseur de soins de santé à l’étranger.

  • Demande à ton fournisseur de soins de santé à l’étranger s’il consent à partager l’information concernant la procédure avec ton docteur ici au Canada. Assure-toi d’avoir accès à un interprète sur place pour faciliter la communication, ainsi qu’à une personne à contacter au besoin dans les jours suivants la procédure en cas de complications ou si tu as des questions sur la guérison.

  •  Assure-toi qu’une personne de confiance puisse t’accompagner durant ton séjour ou se tenir informée des développements à distance tout au long du processus.

 
Photo de  Owen Beard  sur  Unsplash

Photo de Owen Beard sur Unsplash