témoignage de myrika, récipiendaire de la bourse voyage solo (été 2018)

 

La traversée du Canada en solo

Cycliste_Témoignage Myrika_Fondation Tourisme Jeunesse.jpg

Il y a quelques mois, j'ai accompli un de mes plus grands défis personnels : celui de traverser à vélo le Canada de Vancouver à Montréal. Le tout en solitaire. C'est ainsi qu'à l'automne et à l'hiver dernier, j'ai planifié mon voyage... Je ne savais pas trop pourquoi je décidais de partir seule à vélo. Je savais simplement que j'avais envie de repousser mes limites. Au fil des mois, j'ai rapidement compris les raisons qui me poussaient à entreprendre cette aventure que certains ont qualifiée de complètement folle; je voulais voir mon pays, je ne voulais pas polluer et je voulais prendre le temps d'apprécier chaque particularité. Le vélo offre tous ces avantages. J'ai aussi, en appliquant pour la bourse Voyage Solo, ajouté un autre défi; celui de ramasser des déchets. Je devais en ramasser un sac par jour. Malheureusement, ce défi a rapidement été oublié puisque je n'avais pas pensé à certains aspects logistiques qui rendaient la tâche réellement plus ardue; il n'y a pas beaucoup de poubelles sur le bord du chemin et surtout, s'arrêter pour ramasser des déchets ralentit la route quand tu as comme objectif quotidien une centaine de kilomètres à parcourir.

Mécanique_Témoignage Myrika_Fondation Tourisme Jeunesse.jpg

 

J'ai fait mon petit bout de chemin chaque jour, en souriant, en pleurant, en restant stoïque. J'y allais sans trop savoir comment j'y parvenais, mais je le faisais. J'avais toujours à l'autre bout du fil mes parents qui m'aidaient à garder le cap et le moral. J'ai eu des pépins qui m'ont forcé à apprendre un peu la mécanique. Et à visiter beaucoup de magasins de bicyclette.

 

Mon vélo, plus connu sous le nom de Wilson «Wheel» Radier, fut un partenaire hors pair pour les deux mois et demi que dura mon voyage. Il m'accompagne d’ailleurs dans ma nouvelle aventure à Vancouver, où je suis maintenant installée!

 

J'ai aussi vécu des blessures aux genoux en raison d'un mauvais ajustement de ma selle de vélo dans la première semaine qui perdure encore à ce jour... Je ne sais pas comment j'ai enduré la douleur au quotidien, mais maintenant je prends une petite pause pour m'assurer que mon corps récupère bien avant le prochain départ.

 

Le plus beau durant ce voyage était sans aucun doute les rencontres que je faisais chaque jour. Les gens venaient presque instantanément me voir en remarquant l'allure de Wilson, chargé comme une mule. Ils venaient me jaser, m'offrir de la nourriture ou même de l’hébergement. Chacun à leur façon a su m'offrir générosité et courage pour continuer. Je suis encore surprise  à quel point les gens ont été plus que gentils envers Wilson et moi.

 

Casque_Témoignage Myrika_Fondation Tourisme Jeunesse.jpg

Je ressors grandie et épanouie de cette aventure. J'ai fini ma première grande sortie de cyclotourisme, mais ce n'est que pour mieux me préparer aux prochaines à venir. Wilson et moi n'avons pas fini de faire le tour du globe!

Quelques statistiques:

  • 51 jours à vélos

  • 5148 kilomètres de parcourus

  • 13 sacs de déchets ramassés